31 décembre 2020

Un pont au-dessus du ruisseau

(photo : Josée Richard)

Au début de la dernière saison estivale – qui correspondait avec le début de la pandémie de Covid-19 – nous avons décidé de reporter la construction d’un chalet rustique pour évaluer plutôt l’idée de la construction d’une maison écologique près de la montée Lavergne. Pendant l’été, nous avons étudié différents scénarios d’implantation sur le terrain et c’est à l’automne seulement que nous avons déterminé un endroit et commencé à nettoyer l’espace.

Pendant tout ce processus de réflexion, j’ai construit un pont au-dessus du ruisseau avec l’aide de Josée et de notre voisin Normand.  Trois gros arbres servent de support principal à la structure. Après les avoir écorcés, nous avons appliqué une huile naturelle sur le bois. Nous avons ensuite installé des poutres qui débordent sur les côtés et qui serviront à soutenir les garde-corps. Une fois la structure bien nivelée, nous avons installé des planches de bois traité sur environ 36 pieds de long.

Il est donc possible maintenant de traverser facilement le ruisseau pour se rendre de l’autre côté où il sera facile d’aménager des espaces d’observation de la vie aquatique. Le pont facilitera aussi les randonnées car d’anciens sentiers sont encore en usage dans la forêt jusqu’au deuxième ruisseau et même au-delà.

Une autre réalisation de la saison est le nettoyage de l’espace de baignade, près du barrage. L’eau est profonde dans la petite baie près de la construction des castors et l’espace est propice à la baignade. La descente dans l’eau est facilitée par une grosse roche qui protège la berge. À proximité de cet espace, nous avons construit une cabine pour permettre aux baigneurs et aux baigneuses de se changer. La toiture de cette petite construction est de la tôle recyclée qui nous vient de notre voisin Normand et le revêtement est fait à partir de planches provenant des arbres de la terre.

Sylvain Campeau

Article précédent : Déboisement et essouchage