2 mars 2018

La construction écologique

Quand nous avons décidé d’agrandir la maison, il y a quelques années, nous avions engagé une architecte LEED [1] afin d’inclure des matériaux sains et écologiques dans notre projet. Mais l’entrepreneur qui a réalisé les travaux utilisait souvent des matériaux de substitution en invoquant le Code du bâtiment pour justifier ses choix. Le Code énonce de bonnes pratiques, il faut l’avouer, mais exige souvent un minimum à respecter pour être conforme à la Régie du bâtiment du Québec. En d’autres termes, il est possible d’aller beaucoup plus loin et de construire des bâtiments performants et durables qui réduisent notre impacte sur l’environnement.

Comme il est difficile d’argumenter quand on ne connait pas le domaine de la construction, j’ai senti le besoin d’acquérir un minimum de connaissances pour comprendre le langage et la science du bâtiment. Je voulais aussi connaitre l’éventail des meilleures pratiques pour la réalisation de projets de constructions durables qui respectent l’environnement et qui prend soin des usagers. Comme aucune construction n’est encore érigée sur la terre, il m’apparaissait judicieux de me former avant d’entreprendre des travaux.

J’ai commencé ma formation avec deux ateliers offerts par Écohabitation [2], un organisme à but non lucratif indépendant dont la mission est de promouvoir l’habitation écologique. J’ai eu le privilège de suivre ces formations avec Emmanuel Cosgrove, fondateur de l’organisme, qui nous a sensibilisé à l’importance de faire de bons choix quand on entreprend des travaux de construction ou même de rénovation.

Josée a ensuite découvert une formation en ligne offerte par l’école de Solution Era : un certificat en design de bâtiment écologique reconnu par le Ministère de l’Éducation. Beaucoup plus complète, cette formation s’étend sur plusieurs mois et fait appel à une vingtaine d’intervenants qui sont des pionniers ou des experts dans leur domaine. La formation est basée sur la captation vidéo d’un cours qui a été offert par l’organisme au collège de Maisonneuve (à Montréal) en 2016 et qui a été découpée en plusieurs segments. Elle est accompagnée de divers documents téléchargeables qui soutiennent l’apprentissage et est composée de six modules totalisant 85 heures de contenu et de plusieurs bonus. La formation aborde les divers types de maisons écologiques et l’adaptation de leur construction à notre climat nordique, le chauffage écologique, les principes d’une maisons saines et les matériaux naturels, l’autonomie alimentaire avec l’ajout d’une serre par exemple, la gestion de l’eau et l’autonomie énergétique.

Au moment d’écrire ces lignes, je n’ai pas encore terminé le certificat mais je me sens déjà beaucoup mieux outillé pour entreprendre nos travaux de construction sur la terre. La formation présente un bel éventail des différents types de construction, de matériaux et d’isolants naturels, de plusieurs choix à tenir compte également pour créer un environnement sain à l’intérieur comme à l’extérieur des bâtiments.

[1] LEED est l’acronyme pour Leadership in Energy and Environmental Design. Il s’agit d’une certification internationale qu’il est possible d’obtenir quand un bâtiment est construit en respectant certains critères touchant l’économie de l’énergie et de l’eau par exemple, le choix des matériaux utilisés et une réduction importante des déchets de construction.
[2] « Ma maison neuve écologique » et « Intérieur sain et écologique ».

Sylvain Campeau

Article précédent : Un chemin vers le lac