• Sapin

    Ayez du sapin dans votre pharmacie verte. Cueilli au printemps le sapin nous offre une belle défense contre les rhumes. Combiné à d'autres plantes, il est encore plus facile de passer l'hiver.

    En savoir plus

  • Relaxum

    Des plantes qui travaillent sur le système nerveux, chacune à leur façon. Cette combinaison favorise le sommeil.

    En savoir plus

  • Studium

    Une combinaison de plantes pour aider la concentration et le travail intellectuel

    en savoir plus

  • Femina

    Femina est une combinaison de plantes de femmes : douleurs menstruelles diffuses ou en pic, les chaleurs ou des menstruations abondantes de pré-ménopause.

    En savoir plus

  • Néandertal

    L'homme de Néandertal et les plantes médicinales

    Voilà 48.000 ans, la science nous prouve aujourd'hui, que l'homme de Néandertal se soignait avec des plantes. Une étude publiée dans la revue Nature nous le confirme.

    « Apparemment, les hommes de Néandertal connaissaient bien les plantes médicinales, leurs propriétés anti-inflammatoires et anti-douleur et semblent s'être automédiqués » Alan Cooper, directeur du Centre Australien pour l'ADN ancien (ACAD) de l'Université d'Adélaïde.

    :-)

  • Cueillette intensive

    Attention…

    Triste constat de la Banque mondiale : de nombreuses plantes sauvages aux propriétés médicinales sont menacées d'extinction à cause de la déforestation tropicale et du commerce intensif dont elles font l'objet. Perdrons-nous le savoir ancestral lié aux plantes médicinales? (…)
    Des milliards de personnes dans le monde utilisent des remèdes naturels pour guérir toutes sortes de maux ou encore renforcer l'activité du système immunitaire. Victime de son succès dans les années 70, l'ail des bois a par exemple presque disparu du territoire québécois parce que les gens en récoltaient le bulbe, tuant le plant du même coup. Ce pourrait être aussi le cas de l'orpin rose (Rhodiola rosea), de l'acore d'Amérique (Acorus americanus) et du thé du Labrador (Rhododendron groenlandicum).

    Lire l'article entier de dominique Nancy

    Université de Montréal