Passion de vie

Josée Richard

Les plantes médicinales nous aident à prévenir et à soigner tellement de menus bobos. J'aime l'autonome qu'elles me procurent.

Cette tradition de se soigner avec les plantes remonte à la nuit des temps. Ma grand-mère paternelle, bien que déjà âgée lors de ma naissance (76 ans), eu le temps de me présenter l'herbe à dinde (l'achilée millefeuilles) et le vinaigrier dont elle en faisait un sirop. Ma mère avait elle aussi ses recettes : mouche de moutarde, cataplasme d'avoine…

Pré-adolescente, j'étais Jeune naturaliste, un groupe relié au jardin botanique de Montréal. Lors d'identification de plantes sauvages, je m'intéressais beaucoup à leurs qualités culinaires et médicinales. La collection des livres de Fleurbec me suivent encore aujourd'hui.

Jeune adulte, les expériences culinaires et médicinales reliées aux plantes sauvages ont continuées.

Jeune maman, j'ai été confrontée aux mille et un bobos qui viennent avec les enfants : fièvres, otites, piqûres d'insectes, pleurs et blessures diverses… À cette époque, j'ai eu la chance de suivre mon premier atelier d'herboristerie : un cours de 35 heures de soins aux enfants à l'école buissonnière avec Marie Provost, herboriste réputée au Québec et ayant fondé la Clef des champs. Ce n'était qu'un début…

Mon arbre de vie ayant plusieurs branches, j'ai eu le goût d'étudier en graphisme et en infographie durant cette même période. Mon travail professionnel s'est donc développé dans la branche informatique, comme webmestre. Le bon côté est que je peux travailler moi-même mon site web même si je n'y mets pas le temps qu'il mériterait.

Un jour pas si lointain que ça… Une amie m'a invitée à vivre une démarche spirituelle, chrétienne et psychologique. Cossé ça, une socière chrétienne? De cette démarche est monté en moi le désir d'herboriser plus intensément. Je devais faire plus de place à cette passion et à ma sorcière bien aimée. J'ai alors réduit mes heures de travail comme webmestre et je me me suis inscrite à la formation professionnelle en phytothérapie de l'école d'herboristerie FloraMedicina. J'y ai suivi les modules de médecine chinoise, le Materia Medica et le cours d'anatomie. Dernièrement, j'ai eu la chance d'acheter (d'une fille ne souhaitant plus continuer) les modules de deux années d'herboristerie de cours par correspondance d'une autre école d'herboristerie, l'Herbothèque.

De plus, je m'excerce à l'écriture et à la mise en page d'un livret illustré (de mes photos) sur les plantes médicinales de ma pharmacie verte. Je souhaite partager cette autonomie que me procure les plantes.

Merci de votre intérêt!